Articles taggés avec ‘poisson-physalie’

Physalia physalis

Mercredi 15 mai 2013

Les anglais l’appellent Man-O-War, ce qui n’a absolument rien à voir avec le groupe de Heavy Metal. Mais bon une image quand même, juste pour le plaisir.

Cette créature étrange également appelée Physalie ou Galère portugaise, est en fait composée de plusieurs organismes différents qui ont chacun une fonction.

Ces colonies de polypes s’appellent des siphonophores.

Avec son apparence très spatiale, la Physalie se compose de quatre polypes différents, appelés aussi “zooïdes”.

Le flotteur et sa voile sont composées d’un aspidozoïde mesurant de 10 à 20cm, auquel sont rattachés les autres.

Les dactylozooïdes forment les tentacules urticantes de l’animal, et dont le contact est extrêmement douloureux pour l’homme, voire mortel dans certains cas. Ils mesurent en général dix mètres de longs mais peuvent aller de 5 à 50 mètres. Ils se chargent de tuer les proies qui s’aventurent trop près et de les acheminer vers les gastrozooïdes qui les digèrent grâce à des enzymes et redistribuent aux autres polypes de la colonie.

Enfin les gonozooïdes se chargent de la reproduction, et créent de nouvelles colonies par gemmiparité.

Cette espèce a été initialement décrite par Carl von Linné en 1758 que vous connaissez déjà pour avoir découvert les dragons volants.

Son comportement est particulièrement simpliste, elle se laisse pousser par le vent et les courants marins en laissant trainer ses tentacules urticantes qui agissent comme un filet de pèche.

Comme pour les anémones de mer, plusieurs espèces de poissons immunisés trouvent refuge entre les filaments mortels. Notamment le très connu poisson-clown, la carangue grasse et surtout le poisson-physalie qui ne vit qu’au milieu de ses tentacules en se nourrissant des restes de nourritures de Physalia physalis.

Ses principaux prédateurs sont la caouanne protégée du poison par sa peau épaisse et ses écailles, la janthine et votre nudibranche préféré : glaucus atlanticus.

La pieuvre tremoctopus est immunisée contre le venin des physalies et la femelle est connue pour arracher ses filaments pour s’en servir à son propre compte.

Pour finir, la traditionnelle vidéo :